Du bonjour !, que chacun échange dès qu’il franchit le seuil de l’entreprise, au À demain ! que l’on se souhaite sur le chemin inverse, en passant par le On déj’ ensemble ? des collaborateurs inséparables, la vie en entreprise est le lieu où le tissu social se fabrique au quotidien : un maillage que chacun contribue à consolider ou fragiliser en fonction des idées qu’il apporte, de son enthousiasme, de son envie de se joindre au groupe ou, au contraire, de son besoin de s’en éloigner. Les collaborateurs se croisent du matin au soir et quand on sait que certaines entreprises comptent des centaines voire des milliers de salariés sur leurs sites, il est bien logique que l’appellation Ressources Humaines prenne alors tout sons sens.

Des relations humaines

Il ne faut pas oublier que la gestion des Ressources Humaines ne repose pas uniquement sur l’établissement de fiches de salaires, des choix de recrutement ou malheureusement de licenciement, pour ne citer que ces tâches, mais bel et bien sur de l’humain. Et, par extension, de l’humain dans son rapport au groupe. Mais l’humain en groupe est toujours un individu au cœur d’autres individus. Et si ces interactions impliquent parfois des conflits, c’est inévitable, elles sont tout autant l’occasion d’une émulation joyeuse et sympathique, de rapprochement amicaux entre personnes de goûts communs… et parfois d’unions amoureuses allant de la simple liaison à l’écriture d’un carnet rose.

Tous concernés ?

Chacun dans sa vie professionnelle a certainement au moins une fois pu observer des amours naissantes entre salariés se découvrant des points communs et passant de plus en plus de temps ensemble. Certains s’en amusent – jalousie ou fanfaronnade ? – et d’autres ont vécu eux-mêmes l’émoi amoureux pour quelqu’un fréquenté sur le même lieu de travail. C’est justement ce que rapporte le sondage « Amour et vie professionnelle » réalisé par OpinionWay pour le compte des éditions Tissot.

De cette étude réalisée en mai 2011 auprès d’un échantillon de 1001 salariés du privé et des entreprises publiques, il ressort que 50% déclarent que « d’une manière générale, (…) l’environnement professionnel est propice au flirt, à la drague voire à la rencontre amoureuse », et ce dans une proportion quasi égale entre hommes et femmes interrogés ; que 31 % ont « déjà eu une relation (sentimentale, amoureuse, sexuelle) avec une personne rencontrée dans le cadre de [son] activité professionnelle », contre 77% ; et que dans le cas où la relation entre salariés existe toujours, 22% demeurent discrets quant à leur histoire, 17% la vivent au grand jour, 6% décident de quitter l’entreprise pour continuer à vivre leur relation et 56% la quittent mais pour des raisons étrangères à la relation en cours. Autant de chiffres qui prouvent une fois encore que la vie entre les murs d’une entreprise demeure le théâtre d’évènements marquants… et pas toujours cloisonnés à la sphère professionnelle.

De l’amour et de l’efficacité

Il est intéressant de noter aussi que si la vie professionnelle pèse sur la vie privée pour 78% des personnes interrogées, que celle-ci déteigne sur l’humeur de chacun, sa vie de famille, sa vie sociale ou sexuelle ; la relation amoureuse a en revanche un rôle sensible sur le travail puisque 55% déclarent qu’elle a un impact positif sur l’efficacité.

C’est désormais chiffré : l’amour, ou du moins le marivaudage, tient désormais un rôle sensible dans l’activité des salariés. Et ce rôle est porteur.

Une heureuse nouvelle qui devrait enthousiasmer bien des collaborateurs et collaboratrices peu motivés à l’idée de se lever le matin !

Login

Lost your password?
Chargement...