ban2

Réflexion – rapide – sur le rôle de l’internet dans le tissu économique ‘local’.

Maintenant que vous me connaissez bien, vous savez que je promène souvent mon regard autour de moi pour évaluer les conséquences que l’outil internet a sur nos vies.

Comme chaque année, je viens de recevoir le célèbre « annuaire jaune » livré chez moi par deux personnes en « contrat très précaire ». Je me suis dit : « c’est la dernière année que je l’accepte en version papier ». Et puis, en y réfléchissant, j’ai pensé que cette décision pourrait entraîner la disparition de ce job de « livreur d’annuaires ». Je sais que certains le font chaque année et considère ça comme un rendez-vous incontournable. Donc, dilemme ! Que choisir ? Entre l’annuaire qui sert de presse-livre et le job de livreur qui met un peu de beurre dans les épinards.

Je me suis posé la question suivante : « à quoi te sert internet au niveau local » et la question corollaire « comment mon propre usage d’internet influence-t-il le tissu économique local ».

Il est vrai que la réflexion sur le temps de transport des marchandises et leur impact écologique a déjà fait un bout de chemin dans mon petit cerveau !

Donc, lorsque je suis au cœur de ma Bretagne natale, au cœur de ma ville et de mon quartier, quels sont les sites que j’utilise.

Finalement, la liste est vite faite ! Internet me sert à me faire livrer mes courses, mon panier bio hebdomadaire par l’AMAP du coin (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), à comparer les prix de l’électro-ménager pour ensuite l’acheter en magasin (!) et enfin, à consulter les petites annonces locales (le petit dernier jemepropose). Je pense d’ailleurs que ces sites d’annonces jouent une sorte de rôle social : gratuité, possibilité de vendre tout type d’articles qui connaissent une deuxième (ou troisième !) vie, échanges de services par des systèmes de troc. Bref, ça contribue au fait que les gens se rencontrent et s’intéressent – un peu – à leurs voisins. Presque le premier niveau de l’économie sociale et solidaire !

Encore une fois, je prends le bon côté des choses et remercie internet chaque jour pour les bonnes opportunités qu’il nous propose !

La gestion des talents en entreprise : retenir et fidéliser

Le Talent Management Manager est apparu au début des années 2000. La gestion des talents concerne à la fois la mobilité, l’amélioration des performances individuelles, l’évaluation et la gestion des compétences en interne. Le Talent Management Manager doit parvenir à mettre la bonne personne à la bonne place afin de donner les moyens à l’entreprise de réussir dans le long terme.

Pourquoi aller chercher à l’extérieur des talents qui sont déjà au sein de l’entreprise ? Qu’est-ce que le talent ?

Il n’y a pas de définition stricte du talent. Ce peut être les connaissances, les compétences, les relations, la mobilité, les valeurs, la capacité d’adaptation, des aptitudes sociales, un esprit d’initiative ou la motivation. Le talent n’est pas lié aux postes les plus élevés, il n’est ni acquis ni définitif. Il faut trouver, en interne, la bonne personne pour le bon poste.

Pourquoi un Talent Management Manager ?

Le Talent Management regroupe les stratégies et les méthodes d’une entreprise lui permettant de pourvoir durablement les postes clés du succès commercial avec les collaborateurs les plus compétents pour ces postes. L’objectif à long terme de la gestion des talents est de retenir et fidéliser les meilleurs éléments d’une entreprise. Le Talent Management concerne tous les secteurs d’activités mais n’est pas une fin en soi ; il doit servir les intérêts de l’entreprise en intégrant le projet professionnel du salarié.

Comment manager les talents ?

La gestion des talents fait partie des rôles des dirigeants, des cadres et des DRH : en ayant de fréquents contacts avec leurs collaborateurs ils peuvent plus facilement connaître leurs prestations et leurs potentiels. Ils doivent veiller à ce que les talents puissent s’épanouir et se développer dans un environnement de travail adéquat et suscitant la motivation. Il faut analyser les capacités de chacun pour lui donner le travail le mieux adapté et qu’il devienne encore meilleur. Il s’agit avant tout de miser sur les points forts au lieu de lutter contre les points faibles. Le Talent Management Manager doit examiner en termes qualitatifs les compétences dont l’entreprise a besoin. Il doit repérer les talents au sein de sa structure et prendre en charge leur suivi individualisé. Il s’agit d’identifier les talents disponibles selon leur potentiel et non selon leur position hiérarchique ou leur salaire. Il faut instaurer un climat de confiance permettant au salarié de s’exprimer professionnellement. Ce sont les valeurs développées par l’entreprise qui sont importantes et qui fondent ou non l’adhésion du talent au projet et à la culture de l’entreprise. L’entreprise qui sait utiliser les talents naturels de chaque collaborateur dispose de ressources internes permettant de travailler avec des équipes efficaces, souples et durables.

Entreprises 2.0 : l’alliance réussie de la GRH et du développement durable

Comment concilier l’exigence économique des entreprises, l’urgence écologique de la planète et les aspirations sociales de chacun ? Au confluent de ces trois préoccupations majeures se trouve le développement durable, terme issu de la nécessité de faire face à la raréfaction des ressources naturelles tout en tenant compte des croissances démographiques et économiques mondiales.

Nécessité fait loi

Les ressources énergétiques se raréfient, les humains sont de plus en plus nombreux à consommer ces ressources, l’activité due à l’urbanisation et l’industrialisation crée l’irréversible effet de serre et entraine déséquilibres géo-économiques et coûts sociaux : il faut donc bien s’organiser pour vivre en bonne intelligence et ménager besoins croissants et richesses limitées, autant dans la sphère privée que dans la sphère professionnelle. S’il n’apparaissait pas nécessaire voilà une soixantaine d’années d’établir des lois pour encadrer juridiquement nos comportements vis-à-vis de l’environnement, il s’avère aujourd’hui indispensable de repenser totalement notre système de consommation et d’activité. C’est là que la gestion des ressources humaines joue un rôle capital : celui de transformer l’entreprise productiviste en entreprise durable et responsable.

Faisant partie d’un système macroéconomique, les entreprises ont chacune la responsabilité de ce qu’elles produisent et dépensent écologiquement parlant, et de ce qu’elles représentent en tant que groupe social. Elles portent préjudice au développement durable lorsqu’elles gaspillent les énergies et participent à la disparité du corps social mais le servent lorsqu’elles tiennent comptent de leur impact sur l’environnement et intègrent dans leurs valeurs les principes même du développement durable, social et solidaire, en faisant de ces valeurs partagées avec l’ensemble de la communauté leur culture d’entreprise.

Des entreprises exemplaires

Outre des intérêts directs liés à l’économie de consommation, l’ « entreprise durable » se montre désormais exemplaire et cette valeur ajoutée lui donne un rayonnement perceptible du grand public : l’entreprise respectueuse du développement durable est éthique. Penser à long terme, privilégier le recrutement en interne plutôt que la précarisation de l’emploi, maintenir un personnel stable, valoriser l’humain, prendre en considération les impératifs écologiques et le bien-être social lui donnent une personnalité. Elle n’est plus qu’une ressource de revenus pour les salariés mais un moyen d’épanouissement personnel.

Dans ce sens, nombreuses sont les entreprises qui communiquent sur leur responsabilité sociale et environnementale. En 2008, le blog meilleures-entreprises.com relayait à ce sujet une étude du magazine Challenge sur les meilleures entreprises du CAC 40 en matière de développement durable. Pour effectuer un classement des 5 premières, le magazine avait comparé l’engagement environnemental, social et sociétal, et la gouvernance de celles-ci. Il apparaissait que le groupe L’Oréal prenait la deuxième place derrière le fabricant de puces électroniques STMicroelectronics, lui-même couronné d’un 5/5. Diversité des ressources humaines, hygiène et environnement étaient alors la préoccupation principale du service Recherche et Développement. Et elle continue de l’être, plus que jamais.

En effet, dans une interview donnée récemment au site developpementdurable.com, Francis Quinn, son directeur du développement durable, indique que « L’Oréal est exemplaire en termes de diversité dans sa politique de recrutement. », non seulement grâce aux « 60 nationalités représentées rien que pour les équipes de recherches », mais aussi à la parité qui fait que le numéro un mondial des cosmétiques compte 57% de femmes. Fiers d’être exemplaires dans ce domaine, le groupe déclare sur son site développement durable que « le développement durable est un facteur de croissance responsable et une source d’inspiration ».

Demain sera un autre jour… Meilleur

Toujours plus décidées à avancer dans ce domaine, les entreprises durables et responsables s’engagent. La commission européenne a en ce sens présenté en octobre 2011 une nouvelle stratégie en huit points sur la RSE. La mise en œuvre de ce programme est prévue pour la mi-2014.

De nécessaire, le développement durable est aujourd’hui devenu la ligne de conduite des entreprises responsables. La GRH est son système organisationnel et, au cœur de ce système vertueux, l’humain en est sa pierre angulaire.

Trouver un emploi grâce à viadeo

Aujourd’hui, près de 70 % du marché de l’emploi se trouve dans le marché caché. Si vous cherchez un poste il serait dommage de se priver de cette opportunité. Viadeo est une référence en la matière avec plus de 40 millions de membres dont 5 millions en France. Viadeo peut vous permettre de trouver un emploi mais il faut être très impliqué et travailler son personal branding.

Qu’est-ce que Viadeo ?

Viadeo est le premier réseau social professionnel en France. Cette plateforme de rencontre entre recruteurs et demandeurs d’emploi dispose de nombreux membres très actifs qui constituent une ressource de « prospects ». Il est possible d’y trouver un emploi en recevant des offres, en étant à l’écoute du marché. C’est un moyen très réactif qui supprime les intermédiaires.

Soigner son personal branding

Lors de l’inscription sur Viadeo, il est primordial de remplir au mieux son profil et de le tenir à jour. Un bon profil permet d’être plus visible, de maîtriser son image et d’avoir un meilleur référencement. Il doit être clair, concis et précis. Il faut développer sa marque personnelle, son personal branding pour susciter l’intérêt, la curiosité et se différencier. On évite de mentionner que l’on est en recherche active d’emploi ; mieux vaut décrire le poste recherché. Plus le profil sera complet, plus il y aura de contacts pertinents. Les recruteurs doivent avoir envie de vous contacter.

Solliciter et réseauter

Pour une recherche active, Viadeo Premium permet de contacter et d’échanger avec des personnes inconnues. Avec au moins dix contacts directs on peut entrer en relation avec de nombreuses personnes mais il faut travailler son réseau. Il est essentiel de répondre à toutes les sollicitations, même pour les refuser. L’important est d’échanger le plus possible. Cibler les candidatures On fait des recherches sur l’entreprise visée pour écrire sa lettre de motivation. Consulter les profils des RH ou des recruteurs, l’actualité de l’entreprise, seront un plus lors d’un entretien. Vous pouvez savoir qui vient sur votre fiche et agir en conséquence. Il faut oser prendre contact directement avec un recruteur ou une entreprise mais il est préférable de commencer par se renseigner en allant solliciter des salariés.Quand une offre d’emploi vous intéresse, il faut vérifier sur Viadeo si une personne de votre réseau peut vous introduire auprès d’un responsable. Il est important de privilégier une approche de prise d’informations.

Les hubs

Ces groupes d’intervention, d’échanges permettent de répondre à un thème de discussion ou de lancer un sujet. L’inscription sur un Hub apparaît dans le profil. L’intervention y est essentielle mais il faut penser à l’image que l’on souhaite donner, être exigeant quant à l’orthographe et la syntaxe. Il est important de réseauter au moins trente minutes par jour mais finement : sur Viadeo, on ne demande pas un emploi mais on fait partie d’une communauté dans laquelle on conseille, échange des idées. Il ne faut pas quémander mais commencer par donner pour recevoir (c’est le principe des réseaux sociaux).

Grandes écoles, étudiants, jeunes diplômés : la force des réseaux sociaux

On ne cessera de vanter la richesse des réseaux sociaux tant leur rôle dans la société est important et touche tous les domaines de la vie, des plus tournés vers le monde aux plus regardants vers soi. Les révolutions arabes et la campagne menée sur le net par Barack Obama en ont été les exemples le plus flagrants : les réseaux sociaux appartiennent à tous, qu’ils soient faibles ou puissants, reconnus ou pas.

Comment ça marche un réseau social ?

Rappelons-nous le temps où nous jouions dans la cour de récré et que nous échangions fébrilement un attaquant du Bayern de Munich contre un défenseur de la Juventus de Turin pour compléter notre équipe de football préférée. Comme nous, des dizaines de têtes blondes se livraient à une foire d’empoigne à la recherche des saintes vignettes Panini. C’était l’occasion de faire des connaissances, de dire du mal des filles et d’être invité à la prochaine fête qui prouverait combien on faisait partie du gotha de l’école. Plus tard, nous nous sommes organisés pour créer des événements d’une autre nature : soirée étudiante, journal du lycée, militantisme politique ; il fallait fédérer les talents pour que chacun mette ses connaissances au service du groupe. L’un était bon pour rédiger des tracts et des comptes-rendus, l’autre connaissait l’école toute entière, un troisième avait un certain don pour la logistique.

Aujourd’hui les enfants échangent d’autres jeux, les étudiants ont grandi mais le principe du réseau est resté le même : « Je me fais connaître car j’ai un talent recherché par d’autres. Tu as un talent, fais-le savoir au groupe ».

Ce qui change aujourd’hui radicalement, c’est que l’insouciance de l’enfance a laissé place à la préoccupation de l’âge adulte : les étudiants sont de plus en plus nombreux à rechercher du travail et le travail se trouve derrière les relations.

Les amis de mes amis sont mes amis

Quelle est la différence entre une boite de petits pois et une autre boite de petits pois ? Celle qui est recommandée par quelqu’un que l’on connaît a 78% de chances en plus de finir dans notre panier. En revanche, si l’avis de cet ami est négatif, elle a 38% de malchance de rester seule dans son rayon entre des carottes esseulées et des salsifis sur la sellette. C’est ainsi. Être recommandé par quelqu’un augmente de trois quarts votre probabilité à… être acheté. Ou plutôt à atteindre votre but, puisque nous ne sommes pas à proprement parler des produits de consommation. En effet, d’après une étude menée en 2011 par l’agence Little less Conversation, Les amis des mes amis sont mes clients, plutôt que forcer la porte d’un décideur, il vaut mieux se réclamer de connaissances en commun et être issu du même cercle.

L’union fait la force

En cela, les réseaux sociaux peuvent radicalement bouleverser la donne. Puisque « l’union fait la force », les étudiants ont tout intérêt à entrer en contact avec les diplômés, les diplômés en poste à utiliser le carnet d’adresse des grandes écoles pour recruter et les grandes écoles à faire valoir leur notoriété auprès des médias grâce à cet indice d’excellence relayé par ces mêmes réseaux sociaux. Pour s’en convaincre, en voici quelques exemples : celui de sciences-Po (dont le décès son directeur Richard Descoing a ébranlé l’ensemble des étudiants) et celui très dynamique des diplômés d’ESG. Deux niveaux de notoriété différents mais beaucoup de dynamisme.

Et la boucle est bouclée ? Non, pas tout à fait.

Outre la capacité pour chacun de se faire connaître, l’intérêt d’un réseau social réside en cela qu’il est en mouvement permanent. Il est le mouvement, pourrions-même dire, car ne pas en être revient à s’exclure du cercle.

Un outil puissant

Alors qu’il y a une poignée d’années il fallait passer un temps considérable avoir la possibilité d’entrer en contact avec les anciens de l’école – en espérant qu’ils aient le temps de le faire – aujourd’hui les bénéfices des réseaux alumni sont considérables.

Côté jeunes diplômés, faire partie du réseau de l’école vous donne un privilège à entretenir, comme procéder à des séances de speed networking, être naturellement coopté, participer à des rencontres, des manifestations, être accompagné dans la recherche d’emploi, former son propre club pour mettre en avant ses talents managériaux et créer une émulation autour d’un thème, etc.

Côté anciens, passer par l’école permet aussi de porter à la connaissance d’un réseau de décideurs une nouvelle nomination ou un changement de fonction (cf le site www.nomination.fr), se référencer auprès des principaux chasseurs de têtes, faire affaire, et bien sûr développer sa force commerciale.

« Mais oui, mais oui : l’école est finie »

Mais non, l’école n’est jamais finie. Et tant mieux. Comme on aiderait tout naturellement un proche, on coopte un camarade de promotion. Ce camarade se souviendra à son tour que vous l’avez aidé et vous ouvrira d’autres portes, et ainsi de suite.

Pourquoi est-ce toujours plus facile de parler des autres que de soi ?

Rédiger ou écrire ?

Pourquoi est-ce toujours plus facile de parler des autres que de soi ? Je suis en train de rédiger du contenu pour mon site internet, et….c’est une vrai galère, les idées sont enchevêtrées en pagaille, je n’y comprends plus rien. Et le problème est là, sous mes yeux : « Je rédige du contenu ». Ça veut dire quoi ? Je n’ai pas dit « je parle de moi, de mon activité, de ce qui m’anime », non j’étale une substance indéfinie qui sera le contenu de mon site internet. Très attractif ! Même moi je m’ennuie, j’ai envie d’aller manger une glace, ou plutôt une gaufre, par ce temps, me promener, aller au cinéma, écrire ce billet.  Alors, quel était l’objet déjà de la création de mon site ? Ah oui, partager mon activité, mes valeurs, ma façon de travailler, …qui est tout autre que « rédiger du contenu ». Incohérence totale avec ce que je suis et ce que je veux transmettre. Or je suis prise en flagrant délit de remplissage, et je m’y perds. Reprenons. Ah, et c’est plus facile d’écrire ces lignes que de me pencher sur une organisation synthétique mais néanmoins suffisamment détaillée de mon site. Me revoilà prise au piège des concepts ! Avec quoi suis-je en train d’écrire, là tout de suite ? Avec mes doigts, merci, mais commandés par mes tripes, mes émotions, au rythme de mon souffle… C’est donc ça, communiquer, c’est d’abord être avec soi même, restaurer la connexion à ses besoins, laisser passer ses  émotions du moment et les partager. Etre en cohérence entre ce que je ressens, ce que je dis, ce que je fais. Laisser les mains courir sur le clavier pour libérer la créativité et la spontanéité… Sinon je m’ennuie, ça parle bien de moi ! Bon, j’y vais, j’ai un site sur le feu.

Bonnes et mauvaises fées

J’hésite maintenant à poster ce billet. Que dit-il de moi, n’est ce pas trop ? Que dire de moi sur la toile, que laisser passer ? Comment cet écrit peut-il être perçu ? Peut-il me desservir ? Autant de questions qui m’assaillent et freinent mon engagement. Voilà un joli processus pour rester bloqué dans sa tour. Y-a-t-il un prince charmant qui pourrait me délivrer ? Je l’appelle, il arrive…trop bien. Bon, je ne l’imaginais pas comme ça, passons. Il s’appelle Assumer. Il me soupçonne de vouloir me faire passer pour autre que ce que je suis. Mais alors, ce ne serait pas moi… et je resterais seule à nouveau dans ma tour. Alors, être seule dans ma tour ou seule avec Assumer sur la toile ? Et puis la mauvaise fée Utilité fait son entrée : est-ce utile de se poser toutes ces questions ? Est-ce utile de poster ces idées? Je n’en sais rien, mais Créativité, Spontanéité et Gratuité soufflent des billets… Voilà un processus qui permet de libérer le mouvement pour sortir de sa léthargie, de son indécision. Peu importe ce que l’on en fait, mais le lien avec ces trois bonnes fées est à cultiver, en amont de l’utilisation que l’on en fera. Si j’envisage d’abord le pire, comment être assertif, prendre des risques et mener jusqu’au bout un projet ? C’est aussi un moyen de trouver des solutions, de sortir d’un unique schéma de pensée, sclérosant. Si ce que j’ai fait jusqu’à présent m’a amenée à un résultat médiocre, pourquoi le poursuivre ? Je peux ouvrir une porte, grâce à ces trois bonnes fées, qui me mènera à une autre vision du monde et me permettra de trouver d’autres réponses plus appropriées à la situation que je rencontre. Et ce, quel que soit le domaine, y compris dans une vision RH.

Notre offre à destination des RH

Que vous soyez consultant, DRH ou même PME, nous vous conseillons et vous accompagnons pour adopter les nouvelles tendances RH

En savoir plus

Ce que Révolution RH peut vous apporter

Création de contenus

Forts de nombreuses années d’expertise dans ce domaine nous vous proposons la création de contenus sur les thématiques RH

En savoir plus

Marque employeur

Nous vous accompagnons dans la mise en place d’une stratégie de marque employeur pour votre entreprise.

En savoir plus

Community management RH

Nous animons des réseaux sociaux en votre nom propre ou pour votre entreprise.

En savoir plus

  • Rédaction de contenus 90%
  • Marque employeur 70%
  • Community management RH 80%

Notre process

Entrons en contact

Nous prenons un premier contact avec vous pour connaître votre entreprise et définir au mieux votre besoin.

k

Nous déployons votre stratégie

Rédaction de contenus RH, développement de votre marque employeur, animation de vos réseaux sociaux professionnels, nous mettons en place la stratégie de croissance définie ensemble.

Analyse et enseignements

Nous analysons le ROI de vos campagnes et adaptons au besoin nos actions.

Envie d'en savoir plus ?

Pour discuter de votre entreprise et de vos besoins, n’hésitez pas à nous écrire !

Contactez-nous

Login

Lost your password?
Chargement...