ban2

Étape 1 : Clarifiez vos motivations

Les raisons du changement, d’un point de vu général

Pourquoi voulez-vous changer d’emploi ? Quels sont les événements à l’origine de cette envie ?

Depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, chaque jour lorsque vous passez la porte du bureau vous vous dites : « je suis vachement bien ici, mais je m’emm…. ». Qu’est ce que je pourrais faire d’autre ?

Je vais vous parler d’un ami qui est responsable industriel dans un célèbre groupe pétrolier français. Nous déjeunons ensemble régulièrement et invariablement, il me fait part de son manque de motivation. « Je n’ai plus de goût à mon travail, il ne se passe plus rien mais la soupe est bonne ! J’ai un salaire confortable, des actions que je peux acheter pour la moitié du prix, je participe à des séminaires plusieurs fois par an, ça me change les idées ! Moi,  ce que j’aimerais faire c’est cuisiner !  J’ai envie de produire quelque chose de mes mains. Ma formation d’ingénieur m’a appris à structurer mon travail et ma pensée mais je n’arrive pas à exprimer ma créativité. A tel point que pendant mes dernières vacances dans une chambre d’hôtes dans les Cévennes, j’ai fait un stage de poterie. Ne raconte ça à personne sinon ils vont se foutre de moi !

Cette histoire est très caractéristique du mal être qui envahi les cadres supérieurs. Je vous fais grâce des contraintes liées à un poste à responsabilités et de la pression que votre hiérarchie fait peser sur vos épaules. Et celle que vous vous imposez !

Quoi d’étonnant à ce que les cabinets de psy soient remplis de salariés en détresse morale. Psy, voici un métier d’avenir pour nos sociétés occidentales. Alors que dans les pays du tiers monde la problématique quotidienne c’est de trouver à manger, en Occident on essaye de comprendre pourquoi on va mal.

Que se passe-t-il en vous pour que cette envie de changement vous tenaille à ce point ? Êtes-vous en crise de la quarantaine ? Êtes-vous en cours de divorce ? (et là vous vous dites : « j’ai envie de tout plaquer pour élever des chèvres dans le Larzac !). Vos enfants ont-ils quitté le nid familial ? La perspective de soirées au coin du feu, en compagnie de Madame, vous enthousiasme moins qu’avant ? Vous vous dites : « mais quelle vie de c.. « 

Vous en avez marre de votre collègue d’en face, le gros abruti que votre patron adore, ou marre de régler les problèmes personnels des membres de votre équipe ?

Attention, l’herbe n’est pas forcément plus verte dans le pré du voisin.

Posez-vous la question de savoir ce qui se passe en vous : est-ce votre métier ou l’environnement de travail qui ne convient plus ?

Dans votre vie vous avez plusieurs champs : le professionnel, l’affectif et le géographique, c’est à dire l’endroit où vous vivez. Je vous déconseille fortement de changer plus de deux paramètres en même temps. Par exemple, si vous choisissez de changer de métier, faites le si votre environnement familial est stable et si vous ne prévoyez pas de déménager à court terme. De même, un déménagement et l’intégration dans une nouvelle ville sera une réussite si vous évitez de rajouter une reconversion par dessus.

Donc, ne changez pas plus d’un paramètre à la fois.

 

Toutes les étapes

Etape 1 – Clarifiez vos motivations

Étape 2 – Définissez votre stratégie

30 jours pour changer d’entreprise dans le plus grand secret

Faites-vous partie des 31% de cadres qui souhaitent, chaque année, changer de métier ou d’entreprise ? (Étude Apec-La Tribune, juin 2010.)

Vous êtes expert dans votre métier, parfaitement intégré dans votre équipe de travail et reconnu par vos pairs. Cependant, l’envie de changer vous titille un peu !

Changer d’entreprise comporte une prise de risque  importante ; mais dans votre métier, n’êtes vous pas habitué à gérer les risques ?

Je vous propose de démarrer une réflexion sur la faisabilité d’un tel projet. Pour réussir ce projet professionnel, vous devrez suivre plusieurs étapes indispensables.  Au fil de ces prochaines semaines nous allons aborder ensemble les différentes étapes indispensables pour réussir un changement d’entreprise.

 

 

Toutes les étapes

 

Etape 1 – Clarifiez vos motivations

 

 

Étape 2 – Définissez votre stratégie

 


Ma veille rh 2.0 de la semaine 36

Je vous ai sélectionné les meilleurs articles de la semaine, trouvés sur Twitter, concernant les RH 2.0. La veille, autant la partager avec ceux que ça intéressent.

Bonne lecture à tous !

 

@jnchaintreuil: La prochaine étape? Tweeter son CV à son prochain employeur |Le Blog de Jean-Noël Chaintreuil http://bit.ly/qa9p7I

@tribuduweb : Vidéo, le recrutement 3.0 par @Jchristopheanna, Internet révolutionne le recrutement http://bit.ly/nB5pOz

@LouiseMaton : Réseaux sociaux et recrutement 2.0 : raisons d’un succès mitigé http://bit.ly/pSASjq

@myrhline : Sourcing 3.0, les jobboards engloutis par les réseaux sociaux ? | Myrhline.com http://bit.ly/oSqXk1

@myrhline : Oh My Job : recruter sur Facebook… ou : presque | Myrhline.com http://bit.ly/pMUiAI

@altaide : Une université utilise Groupon pour recruter des étudiants | Slate http://bit.ly/owPA3R via @slatefr

@laurentlombardo : Le rôle des Réseaux Sociaux dans les processus de recrutement http://bit.ly/pEPCYF

@Jchristopheanna : La Première Conférence En France Sur Le Recrutement Via Les Médias Sociaux ! | job2-0.com  http://fb.me/1hgXdgaqa

Trouver un emploi grâce aux réseaux sociaux en 5 étapes | Viadeo Blog http://bit.ly/rhi7Dt

@loustyc: Le recrutement 2.0 est-il réservé à une élite Web ? | Expectra: http://bit.ly/pK3u00

@fbrahimi Comment utiliser les réseaux sociaux dans la recherche d’emploi »| Le Blog du Personal Branding http://bit.ly/ow1pil

« Mon projet de vie » par Maud Poitevin

J’ai eu la chance depuis que j’étais toute petite de savoir ce pour quoi j’étais faite… Les seuls jeux qui m’animaient étaient d’enseigner, de jouer à la maitresse ! J’aimais que l’autre apprenne, j’y prenais plaisir et je possédais une patience à toute épreuve : mes poupées faisaient les dictées, apprenaient les tables de multiplication. Je savais aussi les punir si elles n’agissaient pas correctement, j’étais une maitresse attentionnée mais sévère !! La pédagogie était ma voie… Mon destin était scellé dans mes jeux d’enfants.

Quand j’ai eu 15 ans, j’ai ressenti une bouffée de liberté, un parfum de femme libre… Je roulais à l’arrière d’une voiture avec deux amies sur les quais de la Seine à Paris, moi la petite provinciale… Et j’ai ressenti pour la première fois de ma vie ce sentiment que l’univers m’appartenait, que j’appartenais à l’univers, que j’avais une place dans ce monde… je ne savais pas laquelle mais j’existais ! A ce moment-là, je n’en connaissais pas encore le goût, ni l’empreinte mais j’existais et je sentais les possibles.

Je suis une femme libre, mon destin m’appartient ! Et me vient cette phrase, comme dictée par une inspiration : « tu seras une femme libre, respectée des hommes d’affaire et des hommes politiques et tu ne seras pas de leur monde »… Ouah, que comprendre lorsqu’on a 15 ans ? Rien, je n’ai pas compris. J’ai gardé dans un coin de moi ces impressions, cette phrase… Et puis comme tous les acteurs des contes de fée, j’ai oublié… Le héros se perd, qu’il s’appelle Petit Poucet, Blanche Neige ou Cendrillon. Le héros doit vivre ses épreuves et traverser les rituels de passage avant de devenir Prince ou Marquis de Carabas.

J’ai vécu une première partie de vie où j’ai laissé de côté cet envol. J’ai créé une famille, j’ai travaillé comme enseignante… J’ai vécu ma vie… Et un jour ou plutôt de temps en temps, je sentais que se réveillait une pulsion de vie. Quelque chose au fond de moi s’animait que rien ne pouvait réprimer. Je ne pouvais plus renier mes aspirations profondes, me contenter de compromis… Une force de vie m’obligeait à changer pour vivre en relation avec mes valeurs profondes. Je me devais d’être juste et vraie avec moi. Finis les mensonges, fini de vivre simplement la moitié de ma vie… et de passer à côté de ma vraie vie…

Alors, le retournement s’est effectué. Il a été difficile, oh oui ! J’ai pleuré, j’ai crié. J’ai su faire confiance aux bonnes personnes qui m’ont accompagnée pour vivre ce processus et au bout de quelque temps, je me suis « trouvée ». Ma vie a changé. Ma vie a pris sens. J’ai compris ma destination, ce pour quoi je suis venue sur cette terre. Je continue tous les jours de le découvrir, bien sûr. Rien n’est inscrit et nous avons notre libre arbitre.

Et lorsque j’ai commencé à accompagner des personnes dans leur projet de vie, j’étais étonnée de découvrir que j’étais une privilégiée. Je me sens guidée par mon futur comme s’il était déjà écrit au fond de moi et dont je prends conscience au fur et à mesure que j’avance. Par exemple, j’étais associée dans un cabinet de coachs et un matin, je me réveille avec ce pressentiment  très précis : « si tu réalises 20% de ton chiffre d’affaires avec tes clients personnels et non ceux du cabinet, tu peux t’installer à ton compte ». J’ai continué à travailler et à peu près un an après, j’ai repensé à mon intuition… Alors j’ai vérifié et comme j’avais réalisé mes 20%, j’ai créé mon propre cabinet !

Aussi, j’ai été très étonnée de découvrir que la plupart des gens n’ont pas ou peu d’indications sur leur raison d’être sur cette terre. C’est pourquoi j’ai mis au point une démarche d’accompagnement sur 8 à 10 séances avec un protocole précis et progressif qui allie l’imaginaire et le rêve, la centration et la respiration, l’accompagnement des transitions et des deuils. Et puis très concrètement,  le projet de vie se transforme en projet professionnel et se concrétise. La posture du coach est déterminante : entre soutien et contenance, elle vise à renforcer l’estime de la personne et à l’amener à repérer avec justesse ses handicaps et ses illusions afin de les transformer.

Les coachs sont souvent sollicités par des personnes qui traversent une période de transition, un pass’âge… Dans ces périodes, même si l’objectif du coaching est purement professionnel, bien souvent les demandes de ces personnes touchent à la recherche du sens profond de leur vie… de leur projet de vie… de ce pour quoi elles sont venues sur terre. On parle alors d’accomplissement personnel. L’accompagnement va nécessiter de comprendre les enjeux vécus dans ces périodes car il s’agit, pour elles de changer de paradigme.

Les contes universels ne parlent que de notre accomplissement, de notre vérité intérieure et de notre destination. Et paradoxalement, la vie nous apprend que notre réalisation n’est pas acquise d’emblée, nous devons vivre une véritable transformation. L’enjeu est d’importance : la découverte de notre trésor intérieur.

Comment mieux gérer son temps ?

Vous pouvez le perdre, le tuer, courir après … autant d’expressions qui montrent bien notre difficulté à gérer notre temps.

Le mieux ne serait-il pas d’en gagner,  ou d’optimiser nos journées car  « Le temps est la ressource la plus démocratique qui soit, nous avons tous 24 heures dans une journée ».

Comment faire  entre les impératifs professionnels, la vie personnelle, familiale, comment concilier tout cela ?

Il existe plusieurs règles à connaître que nous avons développées dans notre article :

7 clés de la gestion du temps.

Au delà de ces éléments qui permettent d’éviter les pièges les plus fréquents, nous pouvons proposer les conseils suivants:

–          Se fixer des objectifs réalisables : sans objectif, impossible de planifier quoique ce soit. Par ailleurs, se fixer un objectif irréaliste revient à ne pas s’en fixer.

–          Hiérarchiser ses priorités : une priorité c’est ce qui passe avant le reste. La matrice d’Eisenhower est un outil qui permet cette hiérarchisation. Le principe consiste à combiner les notions d’urgence et d’importance. Nous avons toujours tendance à faire en premier ce qui est urgent ou ce que l’on croit être urgent. Ce qui mérite d’être prioritaire c’est ce qui est à la fois urgent et important.

–          Anticiper et planifier en évaluant la durée des tâches à accomplir.

–          Communiquer avec ses équipes et avec son entourage : personne ne devinera ce que vous voulez si vous ne le dites pas !

–          Dire non aux voleurs de temps : savoir dire non à une tâche qui n’entre pas dans votre mission principale, à un collègue qui vient vous déranger pendant que vous travaillez sur un dossier urgent et important.

–          Apprendre à déléguer : au travail mais aussi à la maison … le plus dur c’est le premier pas.

–          Faire une todo list : prendre 5 minutes par jour pour faire la liste des choses à faire en numérotant les priorités est simple et permet de garder le cap des objectifs fixés.

Gérer son temps c’est aussi faire le point sur sa propre relation au temps. C’est parfois impliquant et cela remet en cause l’idée que nous avions de notre relation au temps, de notre fonctionnement, et de notre relation aux autres.

 

Les réseaux sociaux permettent-ils de rompre sa solitude ?

«Moi, je ne m’ennuie jamais ! » Un bon point pour vous ! Mais pour les autres ? Tous ceux qui redoutent la solitude, la porte que l’on pousse sans « Hello ! ».  Les bataillons de célibataires, les flopées de timides, le peuple des divorcés, les fils et filles uniques ? Ils ont pourtant la fibre fraternelle. Alors ? Comment appartenir à une communauté d’idées, de goûts. Comment exister en dehors du lycée, du bureau, et clamer sa différence ? La question est : ai-je besoin d’autrui ?

Bien entendu, la réponse est oui. Pourquoi ne pas rejoindre les réseaux sociaux ? Ces salons virtuels où, à l’image de ceux du XVIIIe siècle, il est de bon ton de se divertir, discuter de tout, légèrement, superficiellement. Tous s’y retrouvent, d’ailleurs le phénomène est planétaire. Les plus jeunes, assoiffés de modèles à suivre et de reconnaissance.

Les matures, affichant une assurance d’airain, affutent leur stratégie marketing et complètent utilement leur batterie de cartes de visites. Avec les réseaux, « les amis » se multiplient, à l’infini. Vous connaissez le vertige d’amitiés boule de neige. Un ami virtuel en génère un second puis un troisième, puis deux cents, sept cents, mille… Cependant, l’amitié tenue à distance est un mirage. Les réseaux ne sont qu’un jeu, une course un peu folle, une sorte de Lewis Carroll mais sans possibilité de passer de l’autre côté de l’écran. Vous pensez que ces gigas clubs ne sélectionnent que les meilleurs. Cependant,  ils sont faussement élitistes puisque le challenge est d’enregistrer le plus grand nombre de membres. Par le biais de Twitter ou Facebook, vous vous mettez en vitrine, affichez votre meilleur profil. Décontracté, futé, informé, tendance, glamour et toujours jeune ! Quel plaisir de ne plus être anonyme, d’afficher ses talents de photographe, son humour, sa plume.  Les réseaux vitaminent l’égo.

Cependant, pour puiser dans le grand bon sens d’un fameux fabuliste, leurs membres n’imitent-ils pas par leurs qualités supposées la chétive grenouille qui grossit, grossit, pour paraître ce qu’elle n’est pas ? Exister à travers un réseau, c’est rêver sa vie mais attention à l’atterrissage ! S’amuser, certes, mais ne pas se leurrer sur ces amitiés désincarnées. Car qui retrouve-ton après l’impulsion sur le bouton « off » ?  La solitude, qu’il s’agit  d’apprivoiser avec un bon bouquin, une sonate, une marche dans la nature. Voilà les secrets « d’une tête bien faite » selon – souvenez-vous de cet expert en amitié – Montaigne, bien sûr ! Ne pas craindre les tête-à-tête avec soi-même, pour être, ensuite,  tout simplement capable d’amitié. Et pourquoi pas, au final,  capter, au hasard des échanges sur les réseaux sociaux, un véritable ami ? Lui donner rendez-vous, dans la vraie vie.  Rien ne vaut la proximité, la chaleur d’une poignée de main, un baiser sur la joue, une accolade et le parfum tabac-fougère que laisse derrière lui un ami choisi.

Notre offre à destination des RH

Que vous soyez consultant, DRH ou même PME, nous vous conseillons et vous accompagnons pour adopter les nouvelles tendances RH

En savoir plus

Ce que Révolution RH peut vous apporter

Création de contenus

Forts de nombreuses années d’expertise dans ce domaine nous vous proposons la création de contenus sur les thématiques RH

En savoir plus

Marque employeur

Nous vous accompagnons dans la mise en place d’une stratégie de marque employeur pour votre entreprise.

En savoir plus

Community management RH

Nous animons des réseaux sociaux en votre nom propre ou pour votre entreprise.

En savoir plus

  • Rédaction de contenus 90%
  • Marque employeur 70%
  • Community management RH 80%

Notre process

Entrons en contact

Nous prenons un premier contact avec vous pour connaître votre entreprise et définir au mieux votre besoin.

k

Nous déployons votre stratégie

Rédaction de contenus RH, développement de votre marque employeur, animation de vos réseaux sociaux professionnels, nous mettons en place la stratégie de croissance définie ensemble.

Analyse et enseignements

Nous analysons le ROI de vos campagnes et adaptons au besoin nos actions.

Envie d'en savoir plus ?

Pour discuter de votre entreprise et de vos besoins, n’hésitez pas à nous écrire !

Contactez-nous

Login

Lost your password?
Chargement...